LES PAYS DE COCAGNE

les pays de dedans toi
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Revolution du dada

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Revolution du dada   Jeu 16 Nov - 17:55

Revolution du dada,

Dieu et ma brosse à dent c’est dada.

Tristan Tzara

Le dadaïsme ça consiste en…

1. L’union révolutionnaire internationale de tous les créateurs et intellectuels qui peuvent être bien souvent anarchistes. rambo

2. L’introduction d’un chômage progressif mécanisation de toute activité. Le chômage seul permet à chacun de s’assurer de la vérité de la vie et de s’habituer enfin à la vivre. blackeye

3. L’expropriation immédiate de tous les biens sociaux, la nourriture pour tous ainsi que la propriété de la collectivité, qui libérera les hommes. profileright profileleft

4. La libération de toute relation sexuelle dans l’esprit dadaïste. Good Bad

5. La destruction de la société qui devait mener elle-même à l’autodestruction. bom

6. Soyons fou, soyons dada. cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Sam 18 Nov - 0:34

que la propriété de la collectivité, qui libérera les humains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catastrofe
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 1338
Age : 51
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Sam 18 Nov - 12:49

Dadart entend favoriser la connaissance du mouvement Dada (1915-1925), de ses protagonistes, artistes, écrivains, poètes et autres qui l'ont inspiré et animé.

Conscient que Dada, par essence, n'est en aucune manière assimilable à l'un quelconque des mouvements d'art moderne du 20e siècle, qu'il ne se situe pas dans l'orbite des spéculations habituelles concernant la pensée, les pratiques, l'histoire, l'épistémologie de l'art, Dadart entend souligner la diversité et l'unicité du mouvement : Dadart s'intéresse donc exclusivement à ce phénomène. Il ne traite des écoles et structures connexes (surréalisme, futurisme, etc.) que ponctuellement, pour ainsi dire par la bande.

_________________
culitivons l'unité et la paix!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catastrofe
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 1338
Age : 51
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Sam 18 Nov - 12:55

Recueil et diffusion d'informations de tous ordres relatives à Dada.

Publications, notamment réimpressions des revues et documents épuisés et difficiles d'accès, des tracts et varia ; diffusion des travaux du Centre du XXe siècle consacrés à Dada, aux dadaïstes, à leurs manifestations, etc.

Circulation, communication et échange de tous documents dada : écrits, oeuvres plastiques ou autres ; localisation, transactions sur livres, revues, varia, dessins, tableaux, photos non disponibles dans les circuits commerciaux (occasions, épuisés, inédits, originaux, copies).

Promotion des travaux et recherches dans tous les champs épistémologiques pouvant englober le mouvement.

Contacts avec les personnes physiques ou morales qui, de par le monde, s'intéressent à Dada : chercheurs, collectionneurs, bibliothèques, centres d'études, associations, musées, galeries, auteurs, journalistes...

_________________
culitivons l'unité et la paix!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catastrofe
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 1338
Age : 51
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Sam 18 Nov - 12:57

Dada est la révolte, même. Ainsi pourrait-on, paraphrasant le titre du célèbre "grand verre" de Marcel Duchamp, résumer en une formule ce qui distingue ce mouvement de la plupart des écoles esthétiques modernes : non content de vouloir remettre en question certains concepts ou certaines techniques dépassées, il incarne la forme la plus aiguë d'un esprit de subversion individuelle et collective qui a envahi notre époque. Breton l'avait bien senti dès 1919 : le but avoué de Dada était de "tuer l'art".

L'histoire du mouvement Dada se confond donc avec la foudroyante percée intellectuelle déclenchée, simultanément et indépendamment, en divers points du globe par plusieurs groupes de jeunes artistes, littérateurs et philosophes : en quelques années, de 1915 à 1923, elle allait ébranler les fondations esthétiques du temps, qu'elles fussent traditionnelles ou d'avant-garde, et amorcer une révolution qui, du surréalisme au Pop Art, allait en un demi-siècle bouleverser notre vision du monde.

C'est à Zurich, vers la fin de 1915, qu'apparaissent distinctement les stigmates particuliers de cette rebellion. Dans la vague de réfugiés de toute espèce qui déferlait alors sur la paisible cité alémanique, se trouvaient plusieurs jeunes gens venus de divers pays d'Europe et sans autre affinité que leur haine d'un ordre social dont la guerre même attestait la faillite. C'est ainsi que se rencontrèrent dans la petite salle du "Cabaret Voltaire", ouvert par un transfuge du Blaue Reiter munichois, Hugo Ball, des Allemands comme Hans Richter et Richard Huelsenbeck, des Roumains comme Tristan Tzara et Marcel Janco ou des Alsaciens comme Hans Arp. Pour meubler leur oisiveté forcée, ils organisèrent au Cabaret des soirées qui, anodines au début, dégénérèrent bientôt en provocations systématiques contre l'ordre bourgeois.

Le mot-écrin "dada" lui-même, volontairement dépourvu de sens, fut découvert par hasard au début de 1916 dans les pages d'un dictionnaire. Des expositions regroupèrent les toiles des dadaïstes (Otto Van Rees, Viking Eggeling, Augusto Giacometti, Walter Helbig, Oscar Lüthy, Max Oppenheimer, Otto Morach, Arthur Segal...), mêlées aux oeuvres des peintres contemporains dont la plupart d'entre eux subissaient l'influence. On s'intéressait surtout à l'art abstrait, à l'impressionnisme, à l'art nègre, à l'art nouveau. C'est chez certains artistes plus fortement individualisés que l'on reconnaît les premiers signes originaux : d'emblée, Hans Arp avait inventé ses configurations simples et pures, abstraites de nature plutôt que par effet de recherche. Ses collages et ses reliefs comme les tissages et compositions de sa compagne Sophie Taeuber, se distinguent des productions contemporaines de Mondrian et de Kandinsky par un abandon total aux caprices du hasard. Ces observations valent aussi pour les plâtres polychromes de Marcel Janco et pour les Schadographies, épreuves photographiques originales obtenues dans le laboratoire de Christian Schad par contact direct des objets avec le papier sensible.

Sous l'aiguillon de son imprésario Tzara et de son maître à penser Hugo Ball, le groupe dadaïste zurichois, renforcé en 1919 par la venue de Picabia, devait défrayer la chronique dans la presse helvétique jusqu'en 1920.

_________________
culitivons l'unité et la paix!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Lun 4 Déc - 19:26

Le mouvement dada était le plus répondu dans ces villes…

Zurich,

Zurich en 1916, Hugo Ball, Emmy Hennings, Tristan Tzara, Hans Arp, Richard Huelsenbeck, Sophie Täuber avec des autres, discute d’art et font des présentations au (cabaret voltaire) une boite de nuit, pour exprimer leurs dégouts avec la guerre et les intérêts qui l’inspirait. À la première soirée cabaret en juillet 1914, Hugo Ball récitait la première manifestation du dada, et en 1918 Tristan Tzara écrit une manifestation qui est considérer d’être un des écrits dada le plus important, d’autres son venue ensuite. Au Cabaret voltaire ils ont choqué l’opinion publique commune, en montrant qu’ils ont perdue confiance de notre culture. La première publication écrit du mouvement s’intitulait Cabaret Voltaire. Quand la Cabaret c’est fermée les activités se sont déplacées à une nouvelle gallérie, Ball à quitté l’Europe, Tzara commence sa compagne pour diffuser plus d’idées dada dans le monde. A la fin de la première guerre mondial la plus part des artistes zurichois son retournés chez eux, d’autres commence des activités dans d’autres villes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Lun 4 Déc - 19:27

Berlin,

Les groupes dada en Allemagne avaient des activités généralement politique et social avec des manifestations corrosives, des démonstrations dans un esprit satirique pour déconstruire le gouvernement. En février 1918 Richard Hollenbeck donnait son premier discours dada à Berlin, il produit une manifestation dada plus tard dans l’année. Hannah Höch et George Grosz utilise le dada pour exprimer de la sympathie pour le communisme durant la première guerre mondial. Grosz avec John Heartfield développe la technique de la propagande a cette même période, ces artistes avaient publié une série des petits journaux politique et on tenue le festival international du dada en 1920. Le peintre Kurt Schwitters un peut exclue du groupe berlinois du dada, déménage à Hanover pour développer sa propre sorte de dada.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Mar 5 Déc - 15:06

Cologne,

A Cologne Max Ernst, Johannes Theodor Baargeld et Arp on démarré une exposition de dada controverse, en 1920 qui axait sur le sentiment anti-bourgeois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Mar 5 Déc - 19:13

New York,

Comme Zurich, New York était un refuge pour les écrivains et artistes de la première guerre mondial. Pas longtemps après étant arrivé depuis la France, Marcel Duchamp et Francis Picabia qui ont rencontré l’artiste américain Man Ray en juin 1915. En 1916 les trois sont devenue le centre radical d’activités anti-arts des état-unies. L’américaine Beatrice Wood, qui a étudié le dada en France et se joint a eux. Beaucoup de leurs activités était centralisé à la galerie, 291 d’Alfred Stieglitz et le studio de Walter et Louise Arensberg. Les New Yorkais se sont pas mit d’étiquette dada, ils ont ni fait de manifestation ni organiser des événements de grève. Par contre, ils ont lancés pas mal de défis artistique et on fait des publications comme (The Blind Man) et (New York dada). Durant ce temps Marcel Duchamp commençait à exposer des objets trouvé en 1917 il a soumit au Fontaine un œuvre très connue, fait d’un urinal, qui a beaucoup influencé l’art moderne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Mar 5 Déc - 19:47

Paris,

Les Français restaient côte à côte avec les activités dada de Zurich, avec des communications régulières de Tzara qui a échangé des lettres, des poèmes et des magazines avec Guillaume Apollinaire, André Breton, Max Jacob et d’autres artistes et écrivains critique. Il avait entre autre écrit une pétition contre la traitement des juifs en Roumanie. Le dada à Paris a surgie en 1920 inspiré par Tzara, ils ont ainsi organisé des manifestations et des démonstrations, des présentations et ils ont publiés un nombre de journaux. La première introduction de l’art dada aux publique parisienne était au salon des indépendants en 1921.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Mer 6 Déc - 15:22

Georgia,

Le dada était pas connue à Georgia, jusqu’à environ 1920, de 1917 à 1921 un groupe de poètes nommé les 41degrés, fessait références à la haute température de fièvre de façon dada. La figure le plus important du groupe, c’était Iliazd. Après sa vole à Paris en 1921, il a collaboré avec les dadaïstes français.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Mer 6 Déc - 15:43

Tel Avive,

Au début des années 2000, un groupe nommé l’Académie Libre Israël, ils étaient reconnus autant que groupe dada, basé à Tel Avive. Dirigé par Roy Arad et Joshua Simon, qui ont publiés plusieurs articles et idées dans l’esprit dada, ils ont par exemple déplacé la plage de Tel Avive en ville. Leurs département de film s’appelle Avriri, dirigé pas le réalisateur dada Nimrod Kamer. Avriri, le principe c’est que le tournage d’un film doit être un évènement social.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Mer 6 Déc - 18:13

dirigé par le réalisateur dada Nimrod Kamer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catastrofe
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 1338
Age : 51
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Jeu 7 Déc - 12:39

Livres dada récents

Tristan TZARA - REVUE DADA
Réimpression intégrale et dossier critique de la revue publiée de 1916 à 1922 par Tristan TZARA.
Centre du XXe siècle
Tome I : ISBN 2-902311-17-6
21 x 29,5 - 134 pages
Tome II : ISBN 2-902311-19-2
21 x 29,5 - 282 pages

40,00 euros les deux volumes + frais d'expédition


Francis PICABIA : 391
Réimpression intégrale (avec l'autorisation de l'auteur) de la revue publiée de 1917 à 1924 par Francis Picabia.
Centre du XXe siècle
Tome I : ISBN 2-902311-33-8
27 x 21 - 158 pages
Tome II : ISBN 2-902311-34-6
27 x 21 - 286 pages

40,00 euros les deux volumes + frais d'expédition


Pochette de facsimilés de documents dada
Centre du XX e siècle - 2005
1. LE COEUR À BARBE
2. AFFICHETTE SOIRÉE DU COEUR À BARBE
3. PAPIER À EN-TÊTE MOUVEMENT DADA
4. Z - Réimpression et dossier critique de la revue de Paul Dermée (1920)
5. PROVERBE - Réimpression intégrale de la revue publiée en 1920 par Paul Éluard

Ces facsimilés ne sont pas vendus séparément : la pochette contenant les cinq documents : 20 euros + frais d'expédition

ARAGON - Papiers inédits. De Dada au surréalisme (1917-1931). éd. établie par Lionel FOLLET et Edouard RUIZ
Grand couturier, mécène perspicace, Jacques Doucet constitua dans les années vingt une Bibliothèque Littéraire d'une richesse unique. Aragon, qui fut son conseiller, y figure par de très nombreux manuscrits. On lira ici tous ceux qui restaient inédits pour la période 1917-1931 : correspondance avec Doucet lui-même, protecteur indulgent que le poète ombrageux finit par rejeter, - lettres à des destinataires aussi divers qu'Adrienne Monnier, Tzara, Max Jacob, Natalie Barney..., - échanges fascinants avec André Gide, - journal d'une amitié rompue avec Jean Cocteau, - lettres de Jean Paulhan etc.

Hugo BALL - Dada à Zurich. Le mot et l'image (1916-1917).
Note introductive : Michel Giroud.
Cet extrait du journal de Ball raconte la naissance de Dada à Zurich. Un contrepoint critique à la célèbre chronique de Tzara publiée dans l'Almanach Dada, par le fondateur du Cabaret Voltaire et du mouvement Dada à Zurich.

Hugo BALL - Tenderenda le fantasque (roman dada) .
Traduit de l'allemand en français pour la première fois et annoté par Pierre GALLISSAIRES. Marquée du double sceau paradoxal de l'enfance et du scepticisme, cette oeuvre occupe une place culminante parmi les grands classiques d'avant-garde.

Henri BÉHAR and Catherine DUFOUR - Dada, circuit total
Dada incarne la révolte, sur tous les plans, tout ce qui revêt la forme d'une organisation. Ce Dossier H, avec son sous-titre Dada, circuit total, est un clin d'oeil à la première plaquette publiée par le mouvement Dada à Zurich en 1916.

Hervé BIZE - Dada.
Parti de Zürich au début du XXe siècle, Dada a incarné une adventure collective qui dota l'art et la poésie d'une grande force de provocation. Ce mouvement légua des réalisations singulières et irrationnelles, antibourgeoises, anarchiques et ludiques et amorça une révolution qui, du surréalisme au pop art, allait en un demi-siècle bouleverser la vision du monde.

_________________
culitivons l'unité et la paix!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catastrofe
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 1338
Age : 51
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Jeu 7 Déc - 12:46

Livres dada récents 2

Marc DACHY - Dada, la révolte de l'art
" Dada " désigne une diaspora de jeunes artistes insurgés et utopistes. De 1915 à 1925, entre Zurich, Berlin, New York, Barcelone et Paris, les Dadas - poètes, peintres, photographes, théoriciens - ont renversé les canons esthétiques, changé l'art et redéfini le rapport de l'individu à la communauté des hommes.

Thierry de DUVE - Résonances du readymade: Duchamp entre avant-garde et tradition

La découverte de Duchamp qu' "on peut être artiste sans être rien de particulier" va plus loin encore. Elle invite à s'interroger sur notre époque où tout et n'importe quoi peut être de l'art. Dans cet ouvrage devenu un classique, Thierry de Duve, l'un des meilleurs spécialistes de l'art contemporain, explore les origines historiques et théoriques de l'art conceptuel, tout en rendant hommage à la formidable entreprise de Duchamp.

Régis GAYRAUD - Dada russe ?
Retrace l'histoire des différentes manifestations qui, au cours des années 1910 et 1920, ont participé, dans l'art et la littérature, à l'esprit dada en Russie.

MAN RAY and Merry A. FORESTA - Man Ray
Man Ray, photographe, peintre, cinéaste et agitateur d'idées, eut toutes les audaces et mit la technique au service d'une inventivité de tous les instants. Ses rayogrammes auraient suffi à sa notoriété. Il fut le grand manipulateur d'objets et d'idées d'une époque privilégiée.

_________________
culitivons l'unité et la paix!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Ven 8 Déc - 19:53

Origine du mot dada,

L’origine du mot dada ce n’est pas claire, certains croient que c’est un mot insensé, d’autres gardes l’idée que ça veux dire oui, oui en roumain la langue natal de Tristan Tzara et Marcel Janco ou que c’est un mot tirer au hasard du dictionnaire Larousse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Ven 8 Déc - 20:04

Voici une explication de Tristan Tzara,

DADA NE SIGNIFIE RIEN

Si l'on trouve futile et si l'on ne perd son temps pour un mot qui ne signifie rien... La première pensée qui tourne dans ces têtes est de l'ordre bactériologique : trouver son origine étymologique, historique ou psychologique, au moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Ven 8 Déc - 22:30

Ca c'est un passage d'un texte de Tzara qui s'appelle...

Manifeste dada 1918
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Ven 8 Déc - 22:37

Dans le dernier passage de cette texte Tzara site plusieurs fois le mot dada.

DÉGOÛT DADAISTE

Tout produit du dégoût susceptible de devenir une négation de la famille, est dada ; protestation aux poings de tout son être en action destructive : DADA ; connaissance de tous les moyens rejetés jusqu'à présent par le sexe publique du compromis commode et de la politesse : DADA ; abolition de la logique, danse des impuissants de la création : DADA ; de toute hiérarchie et équation sociale installée pour les valeurs par nos valets : DADA; chaque objet, tous les objets, les sentiments et les obscurités, les apparitions et le choc précis des lignes parallèles, sont des moyens pour le combat : DADA; abolition de la mémoire : DADA; abolition de l'archéologie : DADA; abolition des prophètes : DADA; abolition du futur : DADA; croyance absolue indiscutable dans chaque dieu produit immédiat de la spontanéité : DADA; saut élégant et sans préjudice d'une harmonie à l'autre sphère; trajectoire d'une parole jetée comme un disque sonore cri; respecter toutes les individualités dans leur folie du moment : sérieuse, craintive, timide, ardente, vigoureuse, décidée, enthousiaste; peler son église du tout accessoire inutile et lourd; cracher comme une cascade lumineuse la pensé désobligeante ou amoureuse, ou la choyer — avec la vive satisfaction que c'est tout à fait égal — avec la même intensité dans le buisson, pur d'insectes pour le sang bien né, et doré de corps d'archanges, de son âme. Liberté : DADA DADA DADA, hurlement des douleurs crispées, entrelacement des contraires et de toutes les contradictions, des grotesques, des inconséquences : LA VIE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Ven 8 Déc - 22:58

Tristan Tzara n'était pas le seul qui a écrit des manifestes dada, il avait un tas d'autres et parmis eux il avait ainsi Francis Picabia. Son façon d'écrire, était une pointe plus crue que Tzara et assez hironique, sarcastique, il faut pas forcement prendre tout au premier degrée car il met de l'humour dans ses textes, mais avec une veritée cachée et exprime une certaine revolte qu'on même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Ven 8 Déc - 23:10

A la fois dans ses textes on voit qui se fut aussi un peut de sa propre gueule, voici deux textes de Picabia, a mon avis il faut bien les analyser il y a beaucoup de messages derrière.

Manifeste DADA,

Les cubistes veulent couvrir Dada de neige : ça vous étonne mais c'est ainsi, ils veulent vider la neige de leur pipe pour recouvrir Dada.

Tu en es sûr ?

Parfaitement, les faits sont révélés par des bouches grotesques.

Ils pensent que Dada peut les empêcher de pratiquer ce commerce odieux : Vendre de l'art très cher.

L'art vaut plus cher que le saucisson, plus cher que les femmes, plus cher que tout.

L'art est visible comme Dieu ! (voir Saint-Sulpice).

L'art est un produit parmaceutique pour imbéciles.

Les tables tournent grâce à l'esprit ; les tableaux et autres œuvres d'art sont comme les tables coffres-forts, l'esprit est dedans et devient de plus en plus génial suivant les prix de salles de ventes

Comédie, comédie, comédie, comédie, comédie, mes chers amis.

Les marchands n'aiment pas la peinture, ils connaissent le mystère de l'esprit...........

Achtez les reproductions des autographes.

Ne soyez doc pas snobs, vous ne serez pas moins intelligents parce que le voisin possèdera une chose semblable à la vôtre.

Plus de chiures des mouches sur les murs.

Il y en aura tout de même, c'est évident, mais un peu moins.

Dada bien certainement va ètre de plus en plus détesté, son coupe-file lui permettant de couper les processions en chantant “ Viens Poupoule ”, quel sacrilège !!!

Le cubisme représente la disette des idées.

Ils ont cubé les tableaux des primitifs, é les sculptures nègres, cubé les violons, cubé les guitares, cubé les journaux illustrés, cubé la merde et les profils de jeunes filles, maintenant il faut cuber l'argent !!!

Dada, lui, ne veut rien, rien, rien, il fait quelque chose pour qu le public dise: “ nous ne comprenons rien, rien, rien ”. “ Les Dadaïstes ne sont rien, rien, rien, bien certainement ils n'arriveront à rien, rien, rien ”.

Francis PICABIA
qui ne sait rien, rien, rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Ven 8 Déc - 23:13

MANIFESTE CANNIBALE DADA,

Vous êtes tous accusés ; levez-vous. L'orateur ne peut vous parler que si vous êtes debout.

Debout comme pour la Marseillaise,

debout comme pour l'hymne russe,

debout comme pour le God save the king,

debout comme devant le drapeau.

Enfin debout devant DADA qui représente la vie et qui vous accuse de tout aimer par snobisme. du moment que cela coûte cher.

Vous vous êtes tous rassis ? Tant mieux, comme cela vous allez m'écouter avec plus d'attention.

Que faites vous ici, parqués comme des hiutres sérieuses — car vous êtes sérieux n'est-ce pas ?

Sérieux, sérieux, sérieux jusqu'à la mort.

La mort est une chose sérieuse, hein ?

On meurt en héros, ou en idiot ce qui est même chose. Le seul mot qui ne soit pas éphémère c'est le mot mort. Vous aimez la mort pour les autres.

A mort, à mort, à mort.

Il n'y a que l'argent qui ne meurt pas, il part seulement en voyage.

C'est le Dieu, celui que l'on respecte, le personnage sérieux — argent respect des familles. Honneur, honneur à l'argent : l'homme qui a de l'argent est un homme honorable.

L'honneur s'achête et se vend comme le cul. Le cul, le cul représente la vie comme les pommes frites, et vous tous qui êtes sérieux, vous sentirez plus mauvais que la merde de vache.

DADA lui ne sent rien, il n'est rien, rien, rien.

Il est comme vos espoires : rien.

comme vos paradis : rien

comme vos idoles : rien

comme vos hommes politiques : rien

comme vos héros : rien

comme vos artistes : rien

comme vos religions : rien

Sifflez, criez, cassez-moi la gueule et puis, et puis ? Je vous dirai encore que vous ê tous des poires. Dans trois mois nous vous vendrons, mes amis et moi, nos tableaux pour quelques francs.

Francis PICABIA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Ven 8 Déc - 23:18

J'admet qu'il y a qu'on même un peut de sinisme de la part de Picabia à la fois, n'empêche que c'est intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catastrofe
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 1338
Age : 51
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Sam 9 Déc - 12:29

Zurich

Dada est la révolte, même. Ainsi pourrait-on, paraphrasant le titre du célèbre "grand verre" de Marcel Duchamp, résumer en une formule ce qui distingue ce mouvement de la plupart des écoles esthétiques modernes : non content de vouloir remettre en question certains concepts ou certaines techniques dépassées, il incarne la forme la plus aiguë d'un esprit de subversion individuelle et collective qui a envahi notre époque. Breton l'avait bien senti dès 1919 : le but avoué de Dada était de "tuer l'art".

L'histoire du mouvement Dada se confond donc avec la foudroyante percée intellectuelle déclenchée, simultanément et indépendamment, en divers points du globe par plusieurs groupes de jeunes artistes, littérateurs et philosophes : en quelques années, de 1915 à 1923, elle allait ébranler les fondations esthétiques du temps, qu'elles fussent traditionnelles ou d'avant-garde, et amorcer une révolution qui, du surréalisme au Pop Art, allait en un demi-siècle bouleverser notre vision du monde.

C'est à Zurich, vers la fin de 1915, qu'apparaissent distinctement les stigmates particuliers de cette rebellion. Dans la vague de réfugiés de toute espèce qui déferlait alors sur la paisible cité alémanique, se trouvaient plusieurs jeunes gens venus de divers pays d'Europe et sans autre affinité que leur haine d'un ordre social dont la guerre même attestait la faillite. C'est ainsi que se rencontrèrent dans la petite salle du "Cabaret Voltaire", ouvert par un transfuge du Blaue Reiter munichois, Hugo Ball, des Allemands comme Hans Richter et Richard Huelsenbeck, des Roumains comme Tristan Tzara et Marcel Janco ou des Alsaciens comme Hans Arp. Pour meubler leur oisiveté forcée, ils organisèrent au Cabaret des soirées qui, anodines au début, dégénérèrent bientôt en provocations systématiques contre l'ordre bourgeois.

Le mot-écrin "dada" lui-même, volontairement dépourvu de sens, fut découvert par hasard au début de 1916 dans les pages d'un dictionnaire. Des expositions regroupèrent les toiles des dadaïstes (Otto Van Rees, Viking Eggeling, Augusto Giacometti, Walter Helbig, Oscar Lüthy, Max Oppenheimer, Otto Morach, Arthur Segal...), mêlées aux oeuvres des peintres contemporains dont la plupart d'entre eux subissaient l'influence. On s'intéressait surtout à l'art abstrait, à l'impressionnisme, à l'art nègre, à l'art nouveau. C'est chez certains artistes plus fortement individualisés que l'on reconnaît les premiers signes originaux : d'emblée, Hans Arp avait inventé ses configurations simples et pures, abstraites de nature plutôt que par effet de recherche. Ses collages et ses reliefs comme les tissages et compositions de sa compagne Sophie Taeuber, se distinguent des productions contemporaines de Mondrian et de Kandinsky par un abandon total aux caprices du hasard. Ces observations valent aussi pour les plâtres polychromes de Marcel Janco et pour les Schadographies, épreuves photographiques originales obtenues dans le laboratoire de Christian Schad par contact direct des objets avec le papier sensible.

Sous l'aiguillon de son imprésario Tzara et de son maître à penser Hugo Ball, le groupe dadaïste zurichois, renforcé en 1919 par la venue de Picabia, devait défrayer la chronique dans la presse helvétique jusqu'en 1920.

_________________
culitivons l'unité et la paix!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catapult
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 267
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Revolution du dada   Ven 29 Déc - 18:48

Tristan Tzara


Chanson dada


1


la chanson d'un dadaiste qui avait dada au coeur fatiguait trop son moteur qui avait dada au coeur

l'accenseur portait un roi lourd fragile autonome il coupa son grand bras droit l'envoya au pape à rome

c'est pourquoi l'acenseur n'avait plus dada au coeur

manger du chocolat lavez votre cerveau dada dada buvez l'eau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revolution du dada   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revolution du dada
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES PAYS DE COCAGNE :: Biz'arts?-
Sauter vers: