LES PAYS DE COCAGNE

les pays de dedans toi
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Les nouvelles humiliations

Aller en bas 
AuteurMessage
kamchatka
Langue pendue
kamchatka

Nombre de messages : 530
Date d'inscription : 17/12/2006

Les nouvelles humiliations Empty
MessageSujet: Les nouvelles humiliations   Les nouvelles humiliations EmptyDim 18 Fév - 16:53

voilà un article du monde... ...

Les nouvelles humiliations, par Jean-Michel Dumay
LE MONDE | 17.02.07 | 13h22 • Mis à jour le 17.02.07 | 13h28


(..) un jeune chômeur de 22 ans, habitant Laon, dans
l'Aisne, s'est
> vu contraint, la semaine dernière, de creuser lui-même la tombe de
son père. Un
> arrangement avec le marbrier pour réduire la facture. "C'est
honteux", a dit un
> ami qui a creusé avec le démuni. "Ce n'est pas un esclave !", s'est
indigné un
> proche de la famille. L'entrepreneur, un homme de métier au bord de
la
> retraite, a expliqué que "ce n'(était) pas un cas isolé". Et
d'ajouter : "Voir
> des gens qui se retrouvent dans la difficulté au moment de payer les
obsèques,
> cela arrive une fois tous les quinze jours en ce moment. Alors
qu'autrefois
> c'était trois ou quatre fois par an."
>
>
> La précarité mine et ronge : la société qui la déplore comme
l'individu qui en
> souffre. Le jeune homme sans ressources, qui n'a pu avancer que 80
des 1012
> euros requis, a choisi de porter son cas devant quelques médias :
"J'ai été
> choqué, mais je voulais le faire, pour que cela n'arrive pas à
d'autres." Un
> appel public, comme pour gagner en dignité. Un besoin d'expression,
comme pour
> effacer la marque de l'humiliation.
>
> On les voit beaucoup sur des pancartes, ces temps-ci, les mots
dérivés des
> formes modernes du sentiment d'humiliation. "On nous méprise",
ressent un
> salarié menacé d'une perte d'emploi. "Je ne suis pas une marionnette
sans fil",
> se convainc un SDF des berges du canal Saint-Martin. Et résonnent
encore ces
> slogans anti-CPE, d'une génération qui exprima hier le refus de se
sentir
> "jetable".
>
> D'où vient ce sentiment furieusement contemporain, qui touche au plus
profond
> de l'être, à son identité ? Il y a plus de deux siècles, la
Révolution avait
> coupé court avec ce ressenti violent en abolissant les privilèges. Or
voici que
> l'homme moderne, démocrate et citoyen, se sent à nouveau humilié.
>
> Par qui ? Par quoi ? Les temps ont changé. Hier, dans les sociétés de
> production, ils étaient ceux de la domination classique d'un homme
par un autre
> ou d'un groupe par un autre. Aujourd'hui, ils sont ceux de
l'exclusion dans la
> société de marché et de consommation. Dans cette société "fluide",
mondialisée,
> virtualisée, les repères éclatent, les frontières s'effacent, les
liens se
> distendent et se "superficialisent". On s'éloigne d'autrui, on
s'inscrit moins
> dans la durée. Et si l'on n'y prend garde, la pente est celle de
l'indifférence
> et du désengagement.
>
> L'individu apparaît de plus en plus isolé, fragilisé, pour ainsi dire
> "excluable". Et il en a durablement conscience. Dans le même temps,
l'étau des
> normes et des contraintes collectives (la religion, la famille,
l'école) se
> desserrant, la responsabilité individuelle est magnifiée. Dans chaque
secteur
> de la vie, l'individu se voit confier la responsabilité de son
destin. Chacun
> est sommé de faire son chemin. Or "confronté à l'incertain, aux
décisions
> personnelles, aux choix de vie et engagements, l'individu est
déstabilisé,
> dérouté. Il souffre", notait Alain Erhenberg (La Fatigue d'être soi,
Odile
> Jacob, 1998).
>
> Cela laisse des traces : une société fondée sur la sollicitation
permanente de
> soi provoque facilement des dépressions, un affaiblissement de
l'estime de soi,
> une fragilité, qui ouvre la porte au sentiment d'humiliation. Un
geste, un
> regard, une parole... Le sentiment est à son comble quand survient la
chute, ou
> quand naît seulement sa peur. Quand vient aussi le temps de ne plus
pouvoir
> consommer dans une société qui invite perpétuellement à le faire.
>
> "Que possède-t-on lorsqu'on n'a rien que soi-même ?", questionnait
Hannah
> Arendt. "(Voici) un problème majeur pour comprendre les formes
d'humiliation
> dans les sociétés individualistes centrées sur le soi", estime la
sociologue
> Claudine Haroche, dans un ouvrage codirigé avec Yves Déloye,
professeur de
> science politique (Le Sentiment d'humiliation, Editions In Press,
2006).
> "L'être et l'avoir tendant à être indistincts, écrit-elle, "montrer
ce que l'on
> a", c'est donc montrer "ce que l'on est"." Alors, évidemment, si l'on
n'a plus
> rien...
>
> Jean-Michel Dumay
> Article paru dans l'édition du 18.02.07.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les nouvelles humiliations
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» " Lâchez prise ! " ( nouvelles clés )
» de nouvelles fleurs au jardin
» Syzygium paniculatum, le cerisier d'Australie, nouvelles feuilles
» Quelques nouvelles de Suisse
» Nouvelles racines pour mon Mélèze???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES PAYS DE COCAGNE :: PENSER, PARLER :: Débats-
Sauter vers: