LES PAYS DE COCAGNE

les pays de dedans toi
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 RFID

Aller en bas 
AuteurMessage
kamchatka
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 530
Date d'inscription : 17/12/2006

MessageSujet: RFID   Sam 24 Fév - 13:31

les puces RFID(radio frequency identification..)..dans les passeports et tout vite dans ton corps...

de plus en plus petites...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kamchatka
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 530
Date d'inscription : 17/12/2006

MessageSujet: ...   Sam 24 Fév - 13:31

http://www.digitalworld.fr/pc/actualites/lire-tendance-le-rfid-menace-t-il-les-libertes-publiques-1985.html

20/02/2007)
Tendance : Le RFID menace-t-il les libertés publiques ?

Par Nicolas Vassili

La dernière puce RFID de Hitachi bat tous les records de
miniaturisation :
elle mesure 1/20 de millimètres de côté. Peut-on encore parler de «
puce »
? L'insecte mesure plus d'un millimètre : il est visible à l'oeil nu.
La
puce de Hitachi est presque invisible, à moins de s'en approcher de
très
près. Elle est de la taille des grains de sable les plus fins. Entassés
dans une main, ces circuits présentent l'aspect d'une poudre. Les
circuits
RFID de Hitachi sont-ils aussi efficaces que les puces RFID ordinaires
?
Leur mémoire de 128 bits est minuscule, mais elle suffit à contenir une
chaîne de caractères de 38 chiffres. Assez, par exemple, pour donner un
identifiant à tous les êtres humains, suivi par quelques informations
personnelles. Encore faudrait-il en avoir les moyens. Certains
redoutent
pourtant déjà que la police s'en serve pour enrichir son arsenal de
contrôle. Ils craignent qu'elle marque discrètement les manifestants et
opposants. Hitachi met en avant d'autres applications : protection
anticopie des documents officiels, marquage des billets de banque,
protection contre le vol, etc. Cette puce devrait sortir des labos dans
deux ou trois ans. Combien coûtera-t-elle ? Un scanner RFID ordinaire
pourra-t-il la lire, à quelle distance ? Patience.


http://www.pcinpact.com/actu/news/34730-rfid-puce-pistage.htm?vc=1

La plus petite puce RFID au monde, encore signée Hitachi
Des pellicules ? Non des puces (13610 lectures)
Nouvelle technologie

Les puces RFID (système d’identification par radiofréquence) sont,
elles
aussi, sur la voie de la miniaturisation. Hitachi a dévoilé cette
semaine
la plus petite puce RFID au monde. Avec 0,05 x 0,05mm, cette puce
souffle
sans mal le précédent record de la mu-chip, soit 0,4x0,4mm (@2,45Ghz),
encore sur le veston du constructeur.

hitachi rfid

On comparera sur cette photo l'ancienne puce à gauche, à la nouvelle.
La
petite bande noire est simplement un cheveu humain.

Ces grains de poussière de RFID contiennent chacun une ROM de 128 bits
pouvant stocker une identification de 38 chiffres. De là, les
applications
potentielles restent toujours identiques au passé : sécurisation de
tickets, de billets de banque, de pièce d’identité évidemment, de
papier
administratif, etc. Sauf qu’à un tel niveau, autant dire que la
discrétion
du procédé sera démultipliée.

De multiples scénarios de pseudo science-fiction courent alors sur la
toile : « lmaginez que vous ayez participé à une manifestation
publique,
indique un internaute. Les agences de police pourraient arroser la
foule
de ces étiquettes « intelligente », ce qui permettrait de pister et
identifier à loisir chaque participant, en utilisant simplement des
modules de balayage d'étiquettes puissants ».


Vendredi 16 février 2007 à 13h41, rédigé par Marc Rees
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kamchatka
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 530
Date d'inscription : 17/12/2006

MessageSujet: ...   Sam 24 Fév - 13:33

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=18976

Demain, tous tatoués ?

Face à la montée des périls (terrorisme, violence quotidienne, mafias,
escroqueries à grande échelle), les citoyens ont peur pour leurs biens,
pour leur vie et pour l’avenir de leurs enfants. Grâce à la société
numérique qui est en train de s’imposer, le totalitarisme et le
contrôle
complet de chacun devient possible, comme deviennent plus faciles le
détournement et la fraude. Confrontés à ce dilemme, les gouvernements
proposent de légaliser la constitution de fichiers génétiques,
biométriques pour identifier et centraliser les informations multiples
qui
constituent la richesse de chacun afin de mieux le contrôler. Notre
société s’est constituée sur fond d’humanisme. Quelle est la légitimité
de
tels systèmes légaux? Quel en est le but véritable? Peuvent-ils être
détournés au profit d’une caste ou de quelques individus et opérer
ainsi
un coup d’état numérique?

Nous sommes comme la grenouille qui, plongée dans l’eau tiède, ne sent
pas
l’eau qui chauffe, et s’ébouillante avant d’en prendre conscience.
Immergés dans une société numérique que nous acceptons par idéologie du
progrès, par goût du confort et de la facilité, et par l’extraordinaire
possibilité d’expression qu’elle nous ouvre, notre conscience s’est
habituée à avoir une carte bancaire, un téléphone portable, un baladeur
numérique, un PDA, une carte vitale, des prothèses électroniques qui
diffusent des informations personnelles à notre insu. Plusieurs faits
divers nous ont révélé dans le passé combien il était facile de
localiser
le déplacement d’un individu sur une autoroute avec sa carte de
paiement,
de localiser une personne avec un téléphone portable, de tracer une
connexion sur l’Internet, d’identifier une sécrétion humaine par
l’analyse
ADN. Ce formidable pouvoir d’identification, de localisation et de
profilage est encadré par la loi. Un organisme de contrôle a le pouvoir
de
vérifier la légalité des milliards de fichiers qui se constituent, la
CNIL. Elle est pourtant dotée de faibles moyens financiers qui ne lui
permettent d’exercer que partiellement sa mission déjà réduite. Ses
commissaires sont nommés par divers organes de l’État. Sert-elle
d’alibi
pour une exploitation licencieuse et illégitime des informations qui
constituent notre identité ?

Cette société numérique a permis d’innocenter des détenus, d’arrêter
des
assassins, des violeurs, d’identifier des pirates informatiques. Elle a
permis aussi de ficher des manifestants anti-OGM ou autres, d’espionner
légalement l’ordinateur personnel d’auditeurs de musique, qui plus est
par
le biais de sociétés privées à l’aide de logiciels espions appelés DRM.
Chacun d’entre nous est accompagné d’un double numérique constitué de
toutes les informations collectées et centralisées sur lui, qu’elles
soient textuelles ou visuelles (caméras dans les rues). Le problème de
cette collecte plus ou moins sauvage est que nous sommes tous des
criminels potentiels dans l’oeil des autorités et que la moindre erreur
qui l’entache peut devenir un vrai cauchemar pour la personne désignée.
Nous avons élu des autorités pour nous protéger, garantir notre liberté
de
conscience et de déplacement, harmoniser notre vie quotidienne et nos
rapports sociaux, et il s’avère, à l’ère de la société numérique, que
ces
autorités nous échappent et possèdent un formidable pouvoir d’intrusion
dans nos consciences. Ce qui auparavant était localisé devient
généralisé
avec la numérisation. Les dérives sont de plus en plus nombreuses tant
par
les avancées technologies sans contrôle que par l’organisme qui devrait
contrôler ces dérives, l’État lui-même qui, par exemple, communique les
fichiers des voyageurs français à l’administration Bush lors des
voyages
aux États-Unis.

Les portes d’entrée dans notre intimité sont nombreuses et les projets
qui
se dessinent déjà rendent notre conscience encore plus transparente aux
autorités. La Carte Vitale 2 authentifiée servira à payer les impôts ou
à
signer numériquement nos actions, la CPAM est-elle habilitée à gérer
notre
identité électronique ? Le DMP (dossier médical personnel) est géré par
des entreprises privées et son numéro NIR permettrait l’interconnexion
des
fichiers. Le projet INES (identité nationale électronique sécurisée) a
pour but caché de rendre une carte d’identité électronique obligatoire
dotée d’une puce à radio-fréquence, mais devant l’opposition
croissante,
il a été repoussé à 2008 par Nicolas Sarkozy. Le FNAEG (Fichier
national
automatisé des empreintes génétiques) a été élargi aux suspects par la
loi
pour la sécurité intérieure du 18 mars 2003 de Nicolas Sarkozy et les
empreintes génétiques peuvent être obtenues par la ruse ou par la force
grâce à Monsieur Perben. Jean-Christophe Lagarde (UDF) a même été
jusqu’à
souhaiter que le "gouvernement réfléchisse à un fichier qui concerne
l’ensemble de la population" française.

Les puces à radio-fréquence (RFID) ont été inventées pour créer des
étiquettes intelligentes dans les hypermarchés. Elles consistent en une
puce de taille infime et dotée d’une antenne. Elles peuvent être lues à
distance par un scanneur, selon leur puissance, la distance allant de
quelques centimètres à une dizaine de mètres. La dernière trouvaille
d’Hitachi est une puce de 7,5 microns d’épaisseur que l’on peut insérer
dans l’épaisseur d’une feuille de papier ou d’un billet de banque.
Imaginez la possibilité de contrôle sur les livres, sur les biens et
sur
les êtres humains de n’importe quelle dictature. Des chercheurs
américains
viennent même de mettre au point une encre RFID qui peut être invisible
et
lue à une distance d’un mètre vingt. L’État que nous aurons élu
sera-t-il
un jour capable de rendre ce type de marque obligatoire pour éviter les
fraudes et identifier ses citoyens à coup sûr ? Cet État pourrait même
avoir été élu par la fraude, l’avènement du vote électronique rendant
impossible tout recomptage fiable.

Par essence, la volatilité du numérique rendant possible toute
piraterie
par une mafia, un groupe quelconque d’individus ou un pirate isolé,
quel
que soit le degré de protection ; la sécurité numérique par le
cryptage,
le chiffrement et les certificats électroniques ne peut être que
temporaire et illustre la métaphore de la lance et du bouclier. Des
codes
réputés inviolables ont été cassés. Qu’est-ce qui garantit l’intégrité
des
données sur la puce RFID décorant nos cartes d’identité ? Les annales
sont
pleines d’exploits sur des systèmes prétendus inviolables.

Nous arrivons à ce paradoxe que les gouvernants ont peur du peuple.
Joueront-ils le jeu de la démocratie avec ce formidable pouvoir de
coercition de masse, ce pouvoir pourtant si fin qu’il peut se
concentrer
sur les individus et leurs gènes ? En cette ère numérique, il est
urgent
de créer une VIe République qui intègre des contre-pouvoirs plus
puissants, qui sans empêcher le gouvernement de gouverner, veillerait
au
respect des citoyens, à leur liberté et à l’épanouissement de tout ce
qui
constitue l’humain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kamchatka
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 530
Date d'inscription : 17/12/2006

MessageSujet: ...   Lun 26 Fév - 12:48

http://www.smallbrothers.org/

SOUS l'œil DES PUCES
La RFID et la démocratie
L'actualité de la surveillance généralisée des citoyens

Le livre

La multiplication des technologies de surveillance, d'analyse du
comportement
et de stimulation de la consommation va-t-elle bouleverser notre vie
quotidienne au cours des prochaines années? C'est à cette question
que
l'essai: "Sous l'oeil des puces - La RFID et la démocratie" publié
par Actes
Sud tente de répondre. Le livre présente une technologie nouvelle,
l'identification par radiofréquences, ou RFID, qui commence à se
développer en
France à grande échelle dans l'indifférence générale. Qui sait que
le passe
Navigo de la RATP ou le boîtier Liber-T permettant le passage sans
arrêt au
péage des autoroutes utilisent déjà la RFID? Les sociétés de
transport
identifient ainsi chaque usager dès lors qu'il utilise ces systèmes
très
pratiques.

Demain, chaque produit manufacturé sera équipé d'une puce RFID. Ces
dernières
communiqueront par radio avec des ordinateurs qui pourront analyser les
déplacements de chaque consommateur. La police disposera d'un moyen
supplémentaire de surveillance de la population. Quelle société
engendrera une
telle généralisation de systèmes d'espionnage de la vie privée? Que
restera-t-il des libertés individuelles ? Le spectre de Big Brother
est-il en
train de ressurgir sous la forme de Small Brothers?

Le site

Ce site a pour vocation de présenter le contenu du livre "Sous l'oeil
des
puces - La RFID et la démocratie" mais également de prolonger son
propos. Le
problème posé par l'extension de la surveillance des citoyens est en
effet en
pleine actualité. Tous les jours de nouvelles applications voient le
jour et
viennent enrichir le débat sur les libertés individuelles. Au delÃ
de la thèse
exposée dans l'essai, ce site apporte des informations sur la RFID et
il
propose de suivre l'actualité des Small Brothers, de mentionner les
sites qui
en parlent et de recueillir vos réactions et vos témoignages.

L'essai analyse le contexte dans lequel apparaît la RFID, technologie
banale
en apparence. Il tente de se projeter dans la société qui pourrait se
concrétiser d'ici quelques années en faisant appel à la fois Ã
l'enquête
journalistique et à deux courtes fictions. Grâce à elles, le lecteur
s'immerge
plus facilement dans ce futur proche chargé d'interrogations. Le livre
veut
susciter une réflexion sur des enjeux démocratiques dont il est
aujourd'hui
indispensable et urgent de débattre.

http://www.smallbrothers.org/introduction.htm
INTRODUCTION
Le prix de la sécurité

Les hommes deviennent moins attachés
aux droits particuliers, au moment où
il serait le plus nécessaire de retenir
et de défendre le peu qui en reste.
Alexis de Tocqueville
De la démocratie en Amérique - 1835

11/9. Jamais deux chiffres n’ont eu pareille signification. Le 11
septembre
2001, quatre avions de lignes sont détournés par 19 pirates de
l’air. Deux
s’écrasent sur les tours du World Trade Center à New York et les
détruisent.
Le troisième tombe sur le Pentagone, à Washington. Le quatrième, qui
visait la
Maison Blanche, s’écrase en Pennsylvanie grâce à la bravoure des
passagers.
Bilan : 2986 morts. L’événement laisse la planète entière
stupéfaite. Les
terroristes d’Al-Quaida ont osé s’attaquer aux Etats-Unis, en
visant les
symboles même de sa puissance : le commerce et la finance, l’armée
et la
présidence. Soudain, le pays qui domine le monde se révèle
vulnérable sur son
propre sol, jusqu’alors inviolé. De cet acte inimaginable, les
conséquences
sont considérables. On a pas fini, aujourd’hui, de mesurer leur
étendue et
leur profondeur. Il y a la guerre, bien sûr, en Afghanistan et en
Irak, la
division en Europe, le durcissement en Israël, la suspicion sur
l’Islam. Mais
au-delà de ces contrecoups très apparents qui continuent
d’ébranler le monde
six ans après l’onde de choc du 11/9, date dont on ne mentionne plus
l’année,
une mutation plus discrète, plus insidieuse, plus psychologique aussi,
est Ã
l’œuvre. La côte de la sécurité, telle une valeur boursière,
s’est envolée.
Elle ne semble plus avoir de prix. Pas même celui de la liberté.

.Page 1

Politiquement, le thème de la sécurité échappe désormais au
clivage
gauche/droite. En France, le parti socialiste a perdu l’élection
présidentielle de 2002 en partie pour ne pas l’avoir compris. Aux
Etats-Unis,
le président le plus contesté de l’histoire du pays, Georges W.
Bush, doit sa
réélection au prestige de sa réaction policière et militaire au
11/9, aux
mesures qu’il a prises pour protéger son pays et à la guerre
qu’il mène en
Afghanistan et en Irak. En Angleterre, le premier ministre
travailliste, Tony
Blair, a adopté une politique ultra sécuritaire. L’Iran et la
Corée du Nord
réclament l’arme atomique. Dans ce contexte planétaire, le hasard
veut que les
progrès de la technologie donnent aux thuriféraires de la sécurité
des armes
nouvelles dont la puissance leur permet d’espérer parvenir à leur
fin :
contrôler les faits et gestes des dizaines de millions d’individus
qui vivent
dans chaque pays. Déjà , les systèmes de surveillance prolifèrent.
Les caméras
de surveillance se multiplient, les contrôles aux aéroports ou dans
les stades
deviennent de plus en plus tatillons. Et aucun mouvement de
protestation ne
s’élève. Ou si peu. Le risque du terrorisme, omniprésent, ne
saurait être nié
par quiconque. Et puis, si l’on n’a rien à se reprocher… Mieux,
les mesures
sécuritaires s’exportent, se mondialisent. Ainsi, les Etats-Unis
contraignent
de nombreux pays, dont la France, à adopter le passeport biométrique
et Ã
participer à la création d’une base de données internationale des
déplacements
des individus. Qui oserait apparaître, ne serait-ce que par laxisme,
comme
complice des terroristes ? Il n’y a pas un instant à perdre pour une
politique
pourtant remise en cause par les agences américaines elles-mêmes, qui
considèrent que la stratégie guerrière de George W Bush a contribué
Ã
renforcer le terrorisme au lieu l’éradiquer ou, même, de
l’affaiblir. Parmi
les technologies qui se perfectionnent, il en est une dont les effets
sur la
société pourraient se révéler particulièrement inquiétants : la
RFID, la Radio
frequency identification en anglais, c’est à dire
l’identification par
radiofréquence. Elle se présente sous la forme anodine et discrète
de puces de
la taille d’une tête d’épingle munies d’une antenne. .

Page 2



Ces étiquettes radio devraient être intégrées, au cours de
prochaines années,
dans la plupart des objets quotidiens : vêtements, chaussures,
produits
alimentaires, tickets de transports, cartes bancaires, automobiles,
appareils
électroniques, téléphones mobiles, ordinateurs portables… Les
prévisions
tablent ainsi sur l’introduction de milliards de milliards de puces
RFID qu’il
n’est pas bien difficile d’assimiler à des mouchards. Bien
entendu, ces puces
radio à vocation commerciale n’ont, en apparence, aucun lien avec la
lutte
contre le terrorisme, ni même avec le contrôle policier de la
population.
Pourtant, elles vont créer le plus formidable réseau de surveillance
des
individus jamais imaginé. La probabilité de les voir envahir la vie
quotidienne est renforcée par leur quasi invisibilité, leur
fonctionnement
insensible, leur coût bientôt négligeable et leur mode de
prolifération via la
consommation. En effet, ce ne seront ni la police, ni l’armée, ni
les services
de renseignement qui prendront en charge leur mise en œuvre. Les
principaux
vecteurs de la dissémination des puces radio seront des acteurs
beaucoup plus
discrets mais également beaucoup plus puissants sur le plan financier
: les
entreprises de la grande distribution. Chaque consommateur, chaque
citoyen,
portera bientôt, souvent sans le savoir, des puces communicantes qui
permettront de le suivre à la trace, de reconstituer ses moindres
mouvements
au cours de sa vie professionnelle comme de sa vie privée. Ces puces
sont
présentées comme les simples remplaçantes des codes barres déjÃ
présents sur
la quasi-totalité des produits manufacturés. En réalité, leur
potentiel
dépasse de très loin celui de ces séries de lignes qui permettent de
connaître
le prix d’un objet à la caisse d’un supermarché. La puce radio
contient une
quantité d’informations bien supérieure à celle de ce code
numérique
élémentaire. De plus, l’information qui y est enregistrée peut
être modifiée Ã
tout instant. A la caisse d’un magasin, par exemple, la puce du
produit acheté
peut être enrichie du nom de l’acquéreur, de la date et du lieu
d’achat.
Enfin, l’information stockée dans la puce pourra être lue Ã
distance à tout
moment. Sans doute la propriété la plus préoccupante de la
technologie RFID. .

Page 3

Avec son processeur, sa mémoire et son antenne, la puce radio n’est
autre
qu’un minuscule ordinateur capable de communiquer avec d’autres
machines. A ce
titre, elle sera rapidement reliée à Internet afin de faciliter le
suivi des
produits manufacturés. Et la Toile se verra alors envahie par une
multitude de
nouveaux internautes : les objets porteurs de puces. Les experts
travaillent
déjà à l’adaptation du réseau mondial à cette nouvelle
population. Le nouveau
protocole de communication d’Internet permettra, entre autres
améliorations,
de créer un nombre d’adresses presque infini. L’objectif n’est
plus, en effet,
d’être capable d’accueillir sur la Toile les 6,5 milliards
d’êtres humains
vivant sur Terre mais bien de bâtir un nouvel Internet dans lequel les
objets
seront largement majoritaires, se comptant rapidement en milliers de
milliards, voire en milliards de milliards… Malgré leur apparence
inoffensive,
les puces radio disposent ainsi d’un potentiel préoccupant. Elles
offrent la
possibilité de créer une nouvelle Toile dont la fonction ne sera plus
de
permettre aux êtres humains de communiquer entre eux à travers la
planète mais
bien de donner les moyens aux commerçants de traquer les internautes.
Bien
entendu, les autorités pourront, en cas de nécessité, accéder aux
informations
collectées par ces puces radio. Dans un contexte sécuritaire et sous
la menace
du terrorisme, ces occasions risquent fort de se multiplier. Pour ceux
qui s’y
feront prendre, la Toile se transformera en une véritable nasse. Mais
est-ce
si inquiétant ? Pour les fabricants d’objets et leurs distributeurs,
les puces
radio ne représentent qu’un perfectionnement technique dont ils
attendent une
amélioration du fonctionnement et de la rentabilité de leur chaîne
de
production et de vente. Les puces radio existent déjà dans les usines
et les
entrepôts. Il ne s’agit, finalement, que d’étendre leur usage.
Aux magasins
eux-mêmes mais également à la rue et au domicile. Ce faisant, les
industriels
ne font que généraliser l’informatisation de leur activité. Outre
les gains
financiers qu’ils en espèrent, ils mettent en avant les avantages
pour le
consommateur. Le service après-vente, par exemple, sera sensiblement
amélioré
grâce aux puces qui contiendront toutes les informations nécessaires
à la
réparation ou au remplacement d’un objet endommagé. La santé,
également, peut
bénéficier des données stockées dans les dossiers médicaux
électroniques.

Page 4



On peut toutefois craindre que les puces radio n’ouvrent la boite de
Pandore
d’une sécurité poussée à l’extrême. Elles laissent entrevoir
une société dans
laquelle, à tout moment, il sera possible de contrôler les plus
intimes
détails de la vie privée des citoyens. Plus question d’espérer le
moindre
espace de liberté, c'est-à -dire d’absence de surveillance. Le 11/9
engendrera-t-il le 1984 de Georges Orwell avec quelques années de
retard,
certes, sur la date prévue mais avec des moyens bien plus
perfectionnés que
ceux imaginés par l’écrivain visionnaire au sortir de la seconde
guerre
mondiale ? Le Big Brother qu’il craignait pourrait se matérialiser
sous la
forme de “Small Brothers” beaucoup plus sophistiquées. Les
sociétés
économiquement développées vont-elles accepter de vivre en
permanence sous
l’œil des puces ? Dans les années 1970 ou 1980, la réponse aurait
probablement
été négative, tant la notion de liberté individuelle conservait une
valeur
élevée. Aujourd’hui, l’aspiration à la sécurité absolue et au
risque zéro,
l’inscription du principe de précaution dans la constitution
française et la
nécessité obsédante de se protéger contre le risque d’un
terrorisme invisible
rendent une réponse positive beaucoup plus probable. Afin que les
citoyens
soient en situation de juger en connaissance de cause, il semble
indispensable, sauf à abolir toute notion de démocratie, d’exposer
comment
fonctionne cette nouvelle technologie et dans quelle mesure elle est
capable
de transformer en profondeur notre vie quotidienne.



Page 5

http://www.smallbrothers.org/auteur.htm

Michel Alberganti
Né le 25 mai 1955
Ingénieur Arts et Métiers
Journaliste au Monde
Producteur à France Culture

Edition:

Sous l'oeil des puces - La RFID et la démocratie - Editions Actes Sud
- mars
2007

A l'école des robots - L'informatique l'école et vos enfants -
Editions
Calmann-Levy - septembre 2000

Le multimédia - La révolution au bout des doigts - Le Monde Editions
/
Marabout - janvier 1997
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
buenaventura
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 2539
Date d'inscription : 17/02/2005

MessageSujet: ...   Dim 8 Juil - 12:07


_________________
concéder, c'est se rendre .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://emilie-nihiliste.hautetfort.com
buenaventura
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 2539
Date d'inscription : 17/02/2005

MessageSujet: ..   Mer 26 Nov - 16:13

http://www.rfid-show.com/site/FR/RFID_University/La_RFID_University_en_bref,I436.htm

RFID : 9-10 DECEMBRE 2008 - PARIS, CNIT LA DEFENSE

L'identification par radiofréquence (RFID) est une méthode pour stocker et
récupérer des données à distance en utilisant des marqueurs appelés Tag RFID.
Les Tag RFID sont de petits objets, tels que des étiquettes autoadhésives, qui
peuvent être collées ou incorporées dans des produits. Les Tag RFID
comprennent une antenne qui leurs permettent de recevoir et de répondre aux
requêtes radio émises depuis l'émetteur-récepteur.


Un évènement unique et exhaustif pour tous ceux qui ont la RFID en tête
Des exposants experts dans leur domaine

100 exposants experts sur un espace de 2600 m2, provenant de tous les secteurs
d'activité liés à la technologie et aux applications RFID (services, hardware,
intégrateurs, software…) répondront à vos problématiques en matière de RFID.
Venez les rencontrer ! La RFID UNIVERSITY, 30 conférences thématiques pour se
former et comprendre

Regroupés en 3 cycles, cycle pédagogique, cycle applications et cycle
sectoriel, la RFID University vous propose un parcours de formation modulable
sur 2 jours et mobilise pour vous les experts les plus reconnus, qui mettront
leur expérience au profit de vos problématiques. A ne pas manquer ! Des
espaces de démonstration dédiés

Retail, contrôle d’accès, entreposage, conditionnement, maintenance... vous
souhaitez intégrer la RFID dans ces secteurs ? Pendant toute la durée du
salon, assistez à des démonstrations de ces applications «grandeur nature» et
familiarisez-vous ainsi avec la technologie RFID. Incontournable !

_________________
concéder, c'est se rendre .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://emilie-nihiliste.hautetfort.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RFID   

Revenir en haut Aller en bas
 
RFID
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES PAYS DE COCAGNE :: LES TEXTES :: Scribes-
Sauter vers: